Anderson Paak, complètement soul !!

Le Californien réussit un mélange intemporel influencé par le gospel comme par le rap.

Celui que l’on désigne aujourd’hui comme le nouveau prince de la soul est loin d’être né avec une guitare en argent dans les mains. La traduction du premier couplet de The Bird, en ouverture de son nouveau disque, résume une enfance sans faste : «Ma mère avait le démon du jeu […] / Mon père était derrière les barreaux / Mais on ne manquait de rien / Ce dont on a toujours eu besoin, c’était d’amour.» Révélé au public par Dr. Dre sur Compton en 2015, Anderson Paak, Californien de 29 ans, sort l’un des albums le plus attendu de ce début d’année. Et, pour une fois, le buzz ne se dégonfle pas subitement à l’écoute du disque.

anderson-paak_MALIBU

A l’image de la pochette, Paak harmonise un patchwork d’influences avec une cohérence bluffante : des guitares rock 60’s et des synthés en fusion, un phrasé rap assez technique en alternance avec un chant de crooner dont la sensualité et le panache évoquent successivement Prince, Bilal ou Raphael Saadiq, tout en conservant son caractère singulier. Malibu est un phantasme en seize plages, le rêve d’un autodidacte qui invente son propre idéal soul en accordant les vestiges du passé avec sa vision du «future funk» et qui, ultime utopie, parvient à faire oublier aux auditeurs toutes ces notions de temps. L’héritage du gospel et du rhythm and blues habite par exemple les chœurs du titre The Season, pourtant échafaudé autour d’une lourde basse et d’un beat rap signé 9th Wonder (Little Brother, Nas). Lorsqu’il ne réalise pas lui-même les arrangements avec son groupe The Free Nationals, Paak délègue à Kaytranada, Dem Jointz, DJ Khalil, Pomo ou Hi-Tek. Une poignée de chanteurs et rappeurs le relaient également au micro, dont The Game, Schoolboy Q et Talib Kweli. Malibu n’annonce pas de révolution, à la différence de Voodoo de D’Angelo ou de The Love Below d’André 3000 à leurs époques respectives, mais il intronise définitivement son auteur parmi les nouvelles icônes de la great black music.

Source : Libération – http://next.liberation.fr/musique/2016/01/22/anderson-paak-completement-soul_1428332

http://www.deezer.com/album/11958868